• 0.jpg
  • 1.jpg
  • 2.jpg
  • 3.jpg
  • 4.jpg
  • 5.jpg
  • 6.jpg
  • 7.jpg
  • 8.jpg
  • 9.jpg
  • 10.jpg
  • 11.jpg

Lieux de commémorations

Quelques lieux forts dans la vallée commémorent les événements de l'histoire. Ces incitations au souvenir procèdent d'une démarche citoyenne visant à conserver la mémoire collective et à exprimer reconnaissance et respect à l'endroit des victimes, des héros ou de leurs familles.


MONUMENT AUX MORTS

monument aux morts Le monument au mort de la commune, érigé à l'entrée du village de Prads, entretient depuis presqu'un siècle le souvenir de ces hommes morts pour leur patrie. La commune est profondément touchée par les lourdes pertes des deux grands conflits et la population chute de plus de la moitié entre 1911 et 1954.
Le 11 novembre : à l'occasion de la date anniversaire de l'armistice de 1918 une cérémonie rend hommage aux soldats des deux guerres, une gerbe est déposée au pied du monument.
Le 19 mars : un deuxième temps dédié au recueillement commémore la fin de la guerre en Algérie, Tunisie et Maroc en 1962. Une gerbe honore le souvenir des anciens combattants de l'Afrique du Nord.
 

LE VILLAGE DES EAUX CHAUDES

eau-chaudeLe Hameau des Eaux Chaudes vit encore dans le récit des anciens, dans les témoignages archivés par la commune ou les ouvrages confidentiels des historiens mais sur place les souvenirs sont ensevelis sous une végétation dense et oublieuse. Pour que la mémoire des résistants ne disparaisse pas derrière l'écran opaque du temps et de la nature, un panneau rappelle à jamais le drame de l'été 1944. Voir : La Haute-Bléone au coeur de la résistance
La Favière, au pied du Serre où furent fusillés les hommes prisonniers par les nazis, appartient aussi au paysage de ces événements dramatiques : une chapelle fut construite en 1948, « en remplacement de celle des Eaux Chaudes » selon l'inscription qui y figure en marbre noire.
Cet ancien hameau joua de nouveau un rôle vertueux entre 1955 et 1960 alors que la légion étrangère établissait un camp de repos à l'attention des blessés de la guerre d'Indochine.
 

CATASTROPHE AERIENNE DE CHEVAL BLANC

chevalblanc Au cœur de l'hiver 1948 les mauvaises conditions météo ont provoqué l'enchaînement de deux événements dramatiques brouillant
violemment le ciel de Cheval Blanc. Le 27 janvier un avion de l'armée américaine parti d'Allemagne et se rendant en Italie a percuté
les crêtes du massif et les 12 personnes à bord ont trouvé la mort. Trois jours plus tard un second appareil participant aux recherches
mises en œuvre s'écrase sur la montagne. Cette fois un des passagers est épargné grâce au courage d'un homme dans des circonstances peu ordinaires : le sauveur est un prisonnier de guerre allemand employé dans le secteur comme bûcheron, ancien pilote de la Luftwaffe, il comprend la situation et dans un élan de solidarité marche plusieurs heures dans la neige pour apporter son secours.
Un acte d'humanité en cet après-guerre qui ne devait pas être oublié.
Près de 70 ans plus tard le devoir de mémoire perdure, une stèle commémorative est dressée à Chanolles pour honorer
le souvenir des victimes et l'amitié internationale scellée par ce geste héroïque.
 

LE CRASH DE LA GERMANSWINGS

stelle crash pradsLe 24 mars 2015 à 10h41 le vol 9325 Barcelone Dusseldorf de la Germanswings s'est écrasé brutalement dans le massif des Trois Evêchés. La date restera gravée longtemps dans les esprits tant la violence de l'accident fut inouïe. Aucun passager n'a survécu, l'appareil a totalement été désagrégé.
Les ondes de choc qui ont touché les familles des victimes et les populations sont insondables. Des démarches de soutien et d'accompagnement se sont multipliées. Plusieurs lieux de recueillement ont été aménagés sur la commune, à proximité du hameau de Saumelonge, au col de Mariaud ainsi qu'au « Passavous » à l'entrée du Vernet, le village limitrophe. Pour que le temps n'efface pas le souvenir de ce cruel accident l'artiste Jürgen Batscheider a réalisé une œuvre in situ. L'ancien « sentier de l'instituteur » réhabilité entre Prads et le Vernet répond aussi à ce désir de mémoire.
Il ne s'agit pas d'entretenir les couleurs du drame mais de veiller à préserver les lieux de l'oubli par respect et solidarité.

logo

Lieux de commémorations

Quelques lieux forts dans la vallée commémorent les événements de l'histoire. Ces incitations au souvenir procèdent d'une démarche citoyenne visant à conserver la mémoire collective et à exprimer reconnaissance et respect à l'endroit des victimes, des héros ou de leurs familles.


MONUMENT AUX MORTS

monument aux morts Le monument au mort de la commune, érigé à l'entrée du village de Prads, entretient depuis presqu'un siècle le souvenir de ces hommes morts pour leur patrie. La commune est profondément touchée par les lourdes pertes des deux grands conflits et la population chute de plus de la moitié entre 1911 et 1954.
Le 11 novembre : à l'occasion de la date anniversaire de l'armistice de 1918 une cérémonie rend hommage aux soldats des deux guerres, une gerbe est déposée au pied du monument.
Le 19 mars : un deuxième temps dédié au recueillement commémore la fin de la guerre en Algérie, Tunisie et Maroc en 1962. Une gerbe honore le souvenir des anciens combattants de l'Afrique du Nord.
 

LE VILLAGE DES EAUX CHAUDES

eau-chaudeLe Hameau des Eaux Chaudes vit encore dans le récit des anciens, dans les témoignages archivés par la commune ou les ouvrages confidentiels des historiens mais sur place les souvenirs sont ensevelis sous une végétation dense et oublieuse. Pour que la mémoire des résistants ne disparaisse pas derrière l'écran opaque du temps et de la nature, un panneau rappelle à jamais le drame de l'été 1944. Voir : La Haute-Bléone au coeur de la résistance
La Favière, au pied du Serre où furent fusillés les hommes prisonniers par les nazis, appartient aussi au paysage de ces événements dramatiques : une chapelle fut construite en 1948, « en remplacement de celle des Eaux Chaudes » selon l'inscription qui y figure en marbre noire.
Cet ancien hameau joua de nouveau un rôle vertueux entre 1955 et 1960 alors que la légion étrangère établissait un camp de repos à l'attention des blessés de la guerre d'Indochine.
 

CATASTROPHE AERIENNE DE CHEVAL BLANC

chevalblanc Au cœur de l'hiver 1948 les mauvaises conditions météo ont provoqué l'enchaînement de deux événements dramatiques brouillant
violemment le ciel de Cheval Blanc. Le 27 janvier un avion de l'armée américaine parti d'Allemagne et se rendant en Italie a percuté
les crêtes du massif et les 12 personnes à bord ont trouvé la mort. Trois jours plus tard un second appareil participant aux recherches
mises en œuvre s'écrase sur la montagne. Cette fois un des passagers est épargné grâce au courage d'un homme dans des circonstances peu ordinaires : le sauveur est un prisonnier de guerre allemand employé dans le secteur comme bûcheron, ancien pilote de la Luftwaffe, il comprend la situation et dans un élan de solidarité marche plusieurs heures dans la neige pour apporter son secours.
Un acte d'humanité en cet après-guerre qui ne devait pas être oublié.
Près de 70 ans plus tard le devoir de mémoire perdure, une stèle commémorative est dressée à Chanolles pour honorer
le souvenir des victimes et l'amitié internationale scellée par ce geste héroïque.
 

LE CRASH DE LA GERMANSWINGS

stelle crash pradsLe 24 mars 2015 à 10h41 le vol 9325 Barcelone Dusseldorf de la Germanswings s'est écrasé brutalement dans le massif des Trois Evêchés. La date restera gravée longtemps dans les esprits tant la violence de l'accident fut inouïe. Aucun passager n'a survécu, l'appareil a totalement été désagrégé.
Les ondes de choc qui ont touché les familles des victimes et les populations sont insondables. Des démarches de soutien et d'accompagnement se sont multipliées. Plusieurs lieux de recueillement ont été aménagés sur la commune, à proximité du hameau de Saumelonge, au col de Mariaud ainsi qu'au « Passavous » à l'entrée du Vernet, le village limitrophe. Pour que le temps n'efface pas le souvenir de ce cruel accident l'artiste Jürgen Batscheider a réalisé une œuvre in situ. L'ancien « sentier de l'instituteur » réhabilité entre Prads et le Vernet répond aussi à ce désir de mémoire.
Il ne s'agit pas d'entretenir les couleurs du drame mais de veiller à préserver les lieux de l'oubli par respect et solidarité.